L'église de Biville

Aller au contenu

Menu principal :

L'église de Biville a besoin de votre soutien 
L'église de Biville était à l'origine une église typique du Cotentin. Le culte du Bienheureux Thomas Hélye a conduit à une transformation importante de l'église dans les années 1920, afin de pouvoir accueillir les nombeux pélerins qui venaient se recueillir sur la tombe du "Saint de la Hague". Une nouvelle nef a donc été construite. Sa particularité, c'est d'avoir été réalisée en béton armé blanc, imitant parfaitement la pierre taillée, en s'inspirant de la salle des Chevaliers du Mont Saint-Michel.
Avec le temps, et compte tenu de l'atmosphère marine, les armatures métalliques du béton armé ont rouillé et ont fait éclater en divers endroits un béton sans doute un peu poreux, ce qui risque à terme de détériorer l'édifice qui approche désormais un siècle d'existence. Parallèlement, la partie ancienne de l'église nécessite des travaux de confortement. La couverture en schiste, et la charpente qui la supporte, doivent notamment faire l'objet d'une importante rénovation.
L'intérêt de l'église est triple : cultuel, technique et architectural
- Un intérêt cultuel : Thomas Hélye, à l’origine de l’extension néo-gothique de 1920, est le seul personnage de la région qui a eu un tel culte, au point qu’on retrouve son nom dans bon nombre d’établissements religieux dans le Cotentin. Même si la ferveur religieuse n’est plus aussi importante qu’à l’époque de l’extension, ce saint fait toutefois l’objet de manifestations religieuses, et suscite des visites de personnes du monde entier.
- Un intérêt technique : Pour la réalisation de l’extension, il a été fait appel à l’utilisation du béton armé, dont la technique était naissante à l’époque, pour reproduire la pierre. C’est ce qui apparait dès le premier regard. Les imprécisions d’une technique naissante (qualité du ciment, du béton, qualité des aciers, écartement sans doute insuffisant des armatures de la surface) ont cependant induit un éclatement du béton suite à l’oxydation des armatures du fait de la porosité du béton a fortiori dans une ambiance marine, Biville étant située en bord de mer.
- Un intérêt architectural : La nef de l’église reprend l’architecture de la salle des chevaliers du Mont Saint-Michel, ce qui confère à l'édifice un intérêt particulier surtout quand on voit avec quelle précision le béton armé reproduit la pierre taillée.
La commune de Biville a donc décidé d'entreprendre les travaux nécessaires pour conserver en bon état l'édifice dont elle a la charge.
Pour mener à bien l'ensemble de ces travaux, elle souhaite faire appel aux dons des personnes qui souhaitent participer à cette oeuvre.
 
Retourner au contenu | Retourner au menu